Voyage de Mémoire

Post Image

22/04/18 Les jeunes cosnois se sont envolés pour Cracovie le 22 avril.

Ils ont été accueillis par leurs correspondants polonais ( et les professeures mesdames Salomon et Kalawska) qui les ont conduits jusqu’à la place des héros du ghetto.

La visite du Musée Schindler leur a permis d’entrer dans le vif du sujet. La scénographie présente les différentes étapes de l’occupation de Cracovie et surtout comment une communauté intégrée est devenue une cible.
Le personnage de Schindler était connu des lycéens et ils ont apprécié les décors et artefacts.

Polémique imprévue : la guide a remis en question le statut de « juste parmi les nations » d’Oscar Schindler, ce qui n’était pas notre point de vue (tout en sachant que la question s’est posée à Yad Vashem mais la décision a été prise par qui de droit)…Discussion sérieuse et argumentée. Belle occasion de démontrer l’importance de l’Histoire.

Il a été possible ensuite de marcher en direction de Plaszov pour se rendre compte du trajet effectué par les déportés. Étude de la symbolique du Mémorial.

23/04/18

Première matinée au lycée, découverte d’un établissement différent. Les jeunes polonais ont présenté leurs objets d’études et organisé la visite des quartiers de Kazimierz et Podgorze.
Elle a débuté par la découverte de la vie juive d’avant guerre. Ils ont visité le quartier de Kazimierz qui compte de nombreuses synagogues.

Le musée de la vieille synagogue leur a permis de se familiariser avec la religion et les traditions juives . Les objets de culte exposés sont magnifiques. La guide a précisé les rites du mariage grâce aux différentes vitrines, ce qui a particulièrement intéressé les jeunes. La visite s’est poursuivie dans le quartier et les différentes synagogues. Il a été possible d’entrer dans la synagogue Remu ainsi que dans le vieux cimetière. La guide était passionnante.

La guide a ensuite fait revivre l’ancien ghetto de Podgorze jusqu’à la pharmacie sous l’aigle.

Le groupe a fait le tour à pied du ghetto en passant par les vestiges de l’ancien mur afin de se rendre compte de l’étroitesse du site.

Les jeunes polonais ont présenté le personnage de Tadeusz Pankiewicz et la symbolique des chaises de la place des héros du ghetto.

24/04/18

Les jeunes ont pris le bus pour Oswiecim.
La visite des camps de d’Auschwitz et Birkenau est très émouvante. En passant sous l’inscription « Arbeit macht frei », ils ont pu s’imaginer le calvaire des déportés. Ils y avaient été préparés par l’intervention de Madame Obœuf qui a subi des expérimentations médicales au block 10. Les guides francophones ont restitué avec beaucoup de solennité le processus de la solution finale. La visite de la chambre à gaz est toujours une épreuve. Les jeunes n’en ressortent pas les mêmes. Les vitrines présentant les objets ou les cheveux des déportés sont une étape nécessaire pour leur montrer à quel point cette organisation niait toute humanité.

L’entrée à Birkenau fut tout autant impressionnante. L’échelle industrielle de la mort prend ici toute sa dimension. Des élèves issus de la communauté tsigane faisait partie du groupe et le guide a permis un aparté particulier à ce sujet.

Lors d’une cérémonie à la mémoire de toutes les victimes, les élèves ont chanté la Marseillaise et lu un poème de Benjamin Fondane.

A leur tour, ils deviennent témoins de la barbarie nazie.

Comme toujours le retour en ville est très calme dans le bus. Chacun a besoin de ce temps pour réfléchir à cette visite.

25/04/18

Notre lycée partenaire avait prévu une excursion à la montagne. Cette ascension sportive aurait pu donner lieu à des plaintes mais ce ne fut pas le cas. Chacun savourait la chance d’être là et tout simplement en vie… Ce fut l’occasion de faire le point au sommet sur le ressenti de chacun. Là en pleine nature et dans le calme, ils ont éprouvé le besoin de reprendre et redire ce qui les a le plus marqués.

26/04/18
Ils ont poursuivi leurs travaux de mémoire en échangeant avec les Polonais sur leur façon de témoigner.

Les élèves ont expliqué comment ils ont redonné vie aux derniers déportés français du convoi 77. Ils ont aussi fait les portraits de Génia Oboeuf, Colette Morgenbesser , des justes de Cosne et de Simone Veil.

Ils ont aussi évoqué Marian Tyndiuk, officier de l’armée polonaise et résistant des maquis du Morvan.

Les Lycéens polonais leur ont présenté Yann Karski et Irena Sendler.
Les professeurs ont aussi montré comment chaque année ils commémorent le soulèvement du ghetto de Varsovie le 19 avril en arborant une fleur jaune mi étoile mi jonquille réalisée en papier.

Plusieurs classes ont participé au projet « Pamiec » (mémoire) en réalisant des portraits redonnant vie aux enfants déportés.

La documentaliste Mme Ela Kalawska avait préparé des livres appartenant au fonds Mémoire et ce fut l’occasion de découvrir Hanna Krall traduite en Français.

Une groupe d’élève participe chaque année au concours lancé par Centropa et qui récompense des films restituant un épisode de l’histoire juive de la ville.

L’après midi fut festif au lycée IV : retour à la vie

Notre collègue Renata Salomon avait organisé une fin de séjour très agréable.

Préparation de recettes juives (en particulier des gâteaux) , des plats avaient été commandés dans un restaurant. Ce fut l’occasion de tester de nouvelles saveurs. Les jeunes polonais ont expliqué l’influence de la cuisine juive sur la cuisine polonaise.

Le séjour s’est terminé par un concert de musique Klezmer comme un hymne à la vie et à l’espoir. Klezmer Trio a expliqué (en anglais) l’histoire de nombreuses chansons yiddish.

Les jeunes français et polonais ont chanté et dansé comme un : l’Chaim, à la vie !

27/04/18

Retour en France